Philippe Duperron, père d'une victime du 13-Novembre : "On a vécu les derniers instants de nos enfants"

·1 min de lecture

C'est étrange, comme parfois, la douleur se mêle à une forme de soulagement. C'est un peu ce qu'a ressenti Philippe Duperron la semaine dernière dans la salle d'audience de la cour d'assises spéciales de Paris. Se succédant à la barre, des enquêteurs ont détaillé les scènes de crime, lieu après lieu, images et vidéos à l'appui. Les parties civiles, concentrées et silencieuses, ont entendu le bruit des fusillades, vu des corps tomber.  

"

Quelle que soit la douleur, la violence et l'intensité de ces images, il y a là une forme d'explication

"

"Nous étions tous en larmes, raconte Philippe Duperron, dont le fils a été mortellement blessé au Bataclan. On se demandait où il était dans la salle, à quel moment il avait pris les balles. On a entendu la fusillade. Et ça nous a permis de comprendre très précisément ce qu'il s'est passé. Quelle que soit la douleur, la violence et l'intensité de ces images, il y a là une forme d'explication. Et puis, voilà, on a entendu la même chose que nos enfants. On a vécu de cette manière leurs derniers instants."

Retrouvez ici le témoignage de Philippe Duperron sur la première semaine du procès

"C'est à la fois extrêmement douloureux et éclairant, et donc de mon point de vue très utile. Je comprends beaucoup mieux les choses, et d'une certaine manière, d'avoir vu ces images me rend plus fort", poursuit-il. Le papa, président de l'association 13Onze15 Fraternité-Vérité sait combien ce moment a été important pour nombre de ses adhérents. 

La parole aux ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles