Philippe Candeloro pessimiste après l’affaire Sarah Abitbol : "Je ne vois pas d’avenir sain pour ma fédération"

Le monde du patinage artistique va-t-il finir par retrouver un peu de sérénité ? Depuis la sortie du livre de Sarah Abitbol, dans lequel la patineuse accuse son ex-entraîneur, Gilles Beyer, de violences sexuelles, rien ne va plus au sain de la Fédération française des sports de glace (FFSG). Le départ forcé de Didier Gailhaguet à la tête de la Fédération ne semble pas avoir apaisé les esprits. Si tout le monde est d’accord sur le fait qu’il faut faire table rase du passé, les anciens patineurs ont du mal à s’entendre sur la stratégie à adopter. "Je ne vois pas d’avenir sain pour ma fédération", assure Philippe Candeloro dans les colonnes du journal le Parisien.

L’ancien champion estime qu’il aurait pu reprendre le flambeau et "rassembler et redonner confiance". "Mais je suis bloqué par la tournée (Hollyday On Ice NDLR.) pendant six mois", confie-t-il. Philippe Candeloro regrette, par ailleurs, de ne jamais "avoir été considéré" au sain de la Fédération. "Même le président se disait : il est bête comme ses pieds". Pour le patineur, cette affaire montre qu’"il faut tout jeter à la poubelle". "Il faut faire le ménage, on ne peut plus continuer comme ça", déclare-t-il.

Reste à savoir quelle est ou quelles sont la ou les meilleure(s) personne(s) pour reconstruire de l’intérieur la Fédération et redorer son image. Pour l’heure, seule Nathalie Péchalat s’est portée candidate à sa présidence. Une annonce qui a fait grincer quelques dents. Dans une tribune publiée dans l’Obs, Gwendal Peizerat

Retrouvez cet article sur GALA

VIDÉO - Marc Lavoine raconte comment tout a commencé avec Line Papin
Shanna Kress (Les Anges) dans le chagrin : l'une de ses amies proches s'est suicidée
Cyril Lignac blessé par le mépris des autres chefs : cette anecdote qui l’a marqué
Agnès Buzyn : comment elle a appris l’histoire tragique de sa famille
VIDÉO - César 2020 : Cyril Hanouna s'en prend violemment à la cérémonie