Philip et Elizabeth: un coup de foudre, des orages et plus de sept décennies d'amour

Magali Rangin
·3 min de lecture
La reine Elizabeth et le prince Philip le 12 octobre 2018 - Alastair Grant - POOL - AFP
La reine Elizabeth et le prince Philip le 12 octobre 2018 - Alastair Grant - POOL - AFP

Comme leur aïeule commune, la reine Victoria, ils avaient fait un mariage d'amour. Philip, qui vient de s'éteindre à l'âge de 99 ans, et la reine Elizabeth II, cousins au 3e degré, avaient eu le coup de foudre.

Malgré des caractères très opposés, et une famille Windsor peu convaincue, ils ont vécu un mariage heureux.

"Ils sont extrêmement complémentaires et c'est pour ça que ce mariage est une réussite", estimait à l'occasion de leurs 70 ans de mariage, la spécialiste de la famille Windsor, Isabelle Rivière, auteure de Elizabeth II: dans l'intimité du règne. Elizabeth manquait d'assurance et Philip a fait beaucoup pour lui donner confiance en elle, il lui faisait répéter ses discours. De son côté, elle a adouci son tempérament. Il a appris à être patient, à supporter la routine des engagements officiels".

Un coup de foudre

La future reine n'a que 13 ans, en 1939, lorsqu'elle rencontre pour la première fois le beau Philip Mountbatten, prince de Grèce et du Danemark, âgé de 18 ans. Mais il faudra attendre qu'Elizabeth ait 21 ans, en 1947, pour annoncer leurs fiançailles. Ils se marient le 20 novembre de la même année. Pour épouser Elizabeth, Philip doit renoncer à ses titres royaux grec et danois, et à la religion orthodoxe.

Un rôle difficile à trouver au côté de la reine

À peine cinq ans plus tard, le roi George VI, père d'Elizabeth, meurt. À seulement 26 ans, elle devient reine d'Angleterre. Philip, qui ne sera jamais roi, mais seulement prince consort, doit trouver un rôle. Il doit sacrifier sa carrière dans la Royal Navy et devenir le second de sa femme, marchant toujours deux pas derrière elle.

Il doit même renoncer à son nom - Mountbatten - et à l'idée que la reine le porte, devant le refus de Churchill, alors Premier ministre. Une déconvenue qui lui inspire cette phrase: "Je suis le seul homme de ce pays qui n'est pas autorisé à donner son nom à ses enfants".

"Vivre discrètement comme il l'a fait, toujours derrière la reine, existant à travers ses gaffes et ses saillies ou ses attitudes, ça n'était pas facile", explique Jean des Cars sur BFMTV ce vendredi. "Mais il a réussi à rendre la reine heureuse. Cet amour qu'elle a eu pour lui à l'âge de 13 ans ne s'est jamais démenti à travers les crises, la guerre, les scandales familiaux".

"Il a mis du temps à exister pour apparaître", souligne Jean des Cars, rappelant qu'il a mis du temps à obtenir son statut de prince consort.

Quatre enfants

Ensemble, Philip et Elizabeth ont quatre enfants. L'aîné, Charles, naît un an tout juste après leur mariage. Viennent ensuite Anne, en 1950, puis Andrew et Edward en 1960 et 1964.

Les rumeurs d'infidélité

Est-ce le secret de leur longévité? Philip et Elizabeth on très tôt fait chambre à part, et même appartements à part. À tel point, que lorsqu'un intrus s'introduit dans Buckingham Palace en 1982, il trouve la reine totalement seule.

Le physique du prince et certaines remarques un peu salaces entretiennent les rumeurs d'infidélité à son sujet. On ne saura probablement jamais s'il a été infidèle, mais son nom fut évoqué dans un scandale sexuel dans les années 60, l'affaire du divorce de la duchesse d'Argyll.

"Avez-vous jamais réfléchi au fait que ces quarante dernières années, je n'ai jamais été nulle part sans qu'un policier m'accompagne? Alors comment diable pourrais-je m'en tirer comme ça", avait-il déclaré, non sans humour au journal The Independent en 1992.

Elizabeth n'a jamais tenu rigueur à Philip de ses bourdes et de ses blagues douteuses. Celui qu'elle appelait son "roc" n'a jamais failli, restant à ses côtés dans les moments les plus difficiles, comme dans les années 90, ponctuées de divorces, de l'incendie de Buckingham et de la mort de Diana. Peu de couples ont traversé les âges comme Philip et Elizabeth.

Article original publié sur BFMTV.com