Phil Collins : ces 6 révélations scabreuses sur son mariage dont on se serait bien passé

·1 min de lecture

C’est une histoire sans fin. Depuis l’été 2020, Phil Collins se bat contre son ex-femme, Orianne Cevey, dans une âpre judiciaire. La mère de ses deux fils, Nicholas et Matthew, lui en fait voir de toutes les couleurs. Tous les coups bas sont permis. Dernier épisode en date, celle qui s’apprête à lui rendre sa propriété de Miami Beach a organisé une vente aux enchères avec les prestigieuses affaires du chanteur du groupe Genesis, prévue le 3 février prochain. Avant ce ménage de printemps inattendu, Orianne Cevey en a fait voir des vertes et des pas mûres à celui qui soufflera sa soixante-dixième bougie ce samedi 30 janvier.

1. Il vivrait comme un ermite

En novembre dernier, Orianne Cevey lançait une série d’attaques personnelles - mais surtout humiliantes - contre Phil Collins dans des documents légaux. Elle l’avait alors accusé de s’être reclus durant les derniers mois de leur vie de couple. “L’odeur de Philip est devenue si forte qu’'il est devenu un ermite, refusant d’interagir personnellement avec quiconque”, avait-t-elle assuré. En plus de s’être coupé d’une vie sociale, il aurait “cessé de se doucher, de se brosser les dents et de s’habiller correctement”.

2. Il n’aurait plus de vie sexuelle

Toujours dans ces mêmes documents, comme nous vous le rapportions le 14 novembre, Orianne Cevey n’avait pas été avare de détails. En plus d’avoir abandonné toute hygiène personnelle, Phil Collins serait devenu “incapable d’avoir des relations sexuelles”. Le crooner de In the air tonight (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Beaucoup de blabla, peu de résultats" : Xavier Bertrand en prend pour son grade
Claude Chirac : "Dès la 1ère seconde, elle a compté intensément", la belle déclaration de son mari
Emmanuel Macron "ne veut pas céder à la panique" : un intime se confie
Jean Castex : cette façon d’enlever son masque qui a surpris les internautes…
Carole Bouquet revient sur cette période douloureuse où on la “traitait de folle”