Les pharmaciens étaient autorisés à vendre des masques depuis fin mars et ne le savaient pas

L'Oeil du 20 heures

Les particuliers peuvent désormais acheter des masques à usage unique en pharmacie… mais ils auraient pu en acheter beaucoup plus tôt. Des pharmaciens ont découvert récemment qu’il n’y avait pas d’interdiction légale de vendre des masques issus de l’importation, contrairement à ce que l’administration avait laissé entendre.

Depuis début mars, ils en étaient persuadés : les pharmaciens avaient interdiction totale de vendre des masques aux particuliers. Ils encouraient même 6 mois de prison et 10 000 euros d’amende, comme certains l’ont affiché dans leurs officines. Mais on découvre aujourd’hui qu’en réalité, ils avaient le droit de vendre des masques depuis fin mars, et l’administration s’était bien gardée de leur dire !

Le 23 mars, le gouvernement décrète que tous les masques présents en France sont réquisitionnés. Saïd Sediame, pharmacien à Créteil, comprend qu’il ne peut plus en vendre : « Je suis un peu gêné à chaque fois que j’ai un client qui se présente, il me demande ne serait-ce qu’un seul masque : je ne peux pas lui donner. »

Pas de masques pour les particuliers en pharmacie, une consigne répétée par le gouvernement : “Non, les français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies,” affirme la porte-parole Sibeth N’diaye le 17 mars. “Si on commence à ouvrir la vente en pharmacie, ce sera une vente qui sera vite tarie,” ajoute Olivier Véran le 19 avril.

"Beaucoup de pharmaciens découvrent qu'on leur a menti"

Pourtant, un document du ministère de la santé daté du 30 avril apporte une précision qui change la donne : “ne sont pas concernés [par l’interdiction de vente du 23 mars] les stocks de masques importés depuis cette date”. En clair, contrairement à ce que pensaient les pharmaciens, depuis fin (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :