Ce pharaon est mort dans des circonstances terribles

Éléonore Solé, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Quelque 1.550 ans avant J.-C., le pharaon Seqenenrê Tâa aurait été assassiné. Si la date exacte de sa mort n'est pas connue, les circonstances semblent désormais plus claires. Deux chercheurs, dont l'étude est parue dans Frontiers in Medicine, ont analysé la momie de ce pharaon, découverte dans les années 1880. En utilisant la tomodensitométrie – une technique basée sur les rayons X pour reconstruire des structures en 2D ou en 3D –, ils ont obtenu des images détaillées des blessures du roi. Suffisamment détaillées pour en déduire l'origine.

La chercheuse Sahar Saleem plaçant la momie de Seqenenrê Tâa dans le scanner. © Sahar Saleem
La chercheuse Sahar Saleem plaçant la momie de Seqenenrê Tâa dans le scanner. © Sahar Saleem

Seqenenrê Tâa serait mort autour de ses 40 ans. Ou plutôt, exécuté. L'examen indique qu'il était ligoté, les mains dans les dos, l'empêchant de se défendre. Ses bourreaux se seraient servis de cinq armes différentes. « Lors d'une exécution normale sur un prisonnier ligoté, on pourrait supposer qu'un seul assaillant frappe, peut-être sous des angles différents mais pas avec des armes différentes », estime Sahar Saleem, coautrice de l'étude. Cette spécialiste de paléoradiologie suppose que « la mort de Seqenenrê était plutôt une exécution cérémonielle ».

En cause ? Son statut, sans aucun doute, mais surtout la guerre qu'il menait contre les Hyksôs. Cette dynastie a régné sur la Basse Égypte durant un siècle, approximativement entre -1.650 et -1.550 avant J.-C., ne laissant que la Haute Égypte à Seqenenrê Tâa et ses prédécesseurs. Ce dernier ne l'entendait pas de cette oreille, clamant sa souveraineté sur l'Égypte entière. Surnommé « le Brave », il aurait perdu la vie dans son ultime bataille contre les Hyksôs. « Cela suggère que Seqenenrê était vraiment en première ligne, avec ses soldats, risquant sa vie pour libérer l'Égypte », dévoile Sahar Saleem. D'après nos connaissances actuelles, ce serait le seul pharaon connu à s'y être aventuré. Le Brave, donc.

L'honneur restauré

Sahar Saleem et le second auteur, Zahi...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura