La phagothérapie, un traitement de pointe

Gettyimages.com

Laurent Debarbieux : Il s’agit d’utiliser des virus – des phages – qui détruisent les bactéries pathogènes à l’origine de maladies. Cette technique ancienne connaît un regain d’intérêt du fait de l’antibiorésistance. Or son développement est lent et, aujourd’hui, seules quelques dizaines de patients, en impasse thérapeutique, ont pu y avoir recours.

En quoi consiste le modèle mis au point par l’Inserm et l’Institut Pasteur ?

À partir de plusieurs variables – la dose, le mode d’administration mais aussi les caractéristiques du virus, par exemple s’il se multiplie beaucoup en très peu de temps ou s’il se multiplie peu mais agit plus longtemps… –, ce modèle mathématique permet de prédire l’efficacité d’un phage sur une bactérie.

Quelle avancée peut-on en attendre ?

Cela permet d’alléger le nombre d’études à mener pour connaître le potentiel d’un phage, ce qui accélérerait la mise en place d’essais cliniques et la validation de ces produits. Les phages pourraient devenir un option autre que les antibiotiques. Prenons le cas de la mucoviscidose : les patients sont soumis dès leur plus jeune âge à des infections traitées par antibiotiques, et se retrouvent donc très tôt avec des traitements lourds. On pourrait utiliser des phages pour retarder cela.

A lire aussi :

Ça peut aussi vous intéresser :

Cancer colorectal : un traitement miracle ?

Antiviraux, anticorps, immunomodulateurs… Où on est-on des traitements anti-Covid-19 ?

Qu'est-ce que Trodelvy, nouveau traitement contre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Drogue : c'est quoi la 3MMC, cette nouvelle substance à la mode ?
Comment prendre soin de ses pieds ?
Grossesse : les polluants impactent la thyroïde, selon une étude française
Pourquoi ne peut-on pas se retenir de percer un bouton ?
La saleté, c’est bon pour la peau ?