Phénomène mystérieux découvert en 2015, Steve se dévoile aux astronomes

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Steve. En 2017, les réseaux sociaux ne parlaient plus que de lui. Ce phénomène céleste étrange semblable à une aurore boréale — en apparence au moins — dont les premières occurrences ont été relevées par des scientifiques citoyens dès 2015. Un ruban violet souligné par une structure verte en forme de clôture à piquets.

Ce sont aujourd’hui de nouveaux détails observés sur cette structure verte qui pourraient rapprocher les astronomes de la résolution du mystère Steve. De minuscules petites stries horizontales qu’ils imaginent pouvoir correspondre à des points de lumière en mouvement qui seraient simplement étirés sur les images par un effet de flou de mouvement. Une hypothèse étayée, selon eux, par le fait que la pointe d’une strie s’aligne sur une image avec sa queue sur l’image suivante.

Ces stries, en principe, ne devraient pas pouvoir être formées par les gerbes d’électrons responsables des aurores boréales. « Je ne suis pas encore tout à fait sûr de quoi que ce soit concernant ce phénomène », confie Joshua Semeter, professeur à l’Université de Boston, dans un communiqué de la Nasa. « Car sur d’autres séquences, il semble qu’il y ait une structure en forme de tube qui persiste d’une image à l’autre. Et celle-ci ne se conforme pas à une source ponctuelle en mouvement. »

Des scientifiques citoyens ont attiré l’attention des astronomes sur des stries horizontales à la base des piquets de clôtures observés sur le phénomène Steve. Elles laissent penser que Steve n’est pas une sorte d’aurore boréale. © J. Semester et al., AGU Advances 2020
Des scientifiques citoyens ont attiré l’attention des astronomes sur des stries horizontales à la base des piquets de clôtures observés sur le phénomène Steve. Elles laissent penser que Steve n’est pas une sorte d’aurore boréale. © J. Semester et al., AGU Advances 2020

La contribution des scientifiques citoyens

« Ces émissions proviennent de mécanismes que nous ne comprenons pas encore pleinement », reconnaît le chercheur. Mais précisons tout de même les pistes que pensent désormais tenir les scientifiques. Ainsi les émissions violettes de Steve résultent probablement de mouvements d’ions positifs à une vitesse supersonique.

Les électrons existant dans ce plasma sont plus...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura