Le phénomène des «bandes» est-il en train de s'intensifier ?

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ce lundi, un adolescent de 16 ans est mort lundi 16 janvier après avoir été poignardé lors d'une probable rixe entre bandes rivales à Thiais (Val-de-Marne). Ce phénomène de rixes ne cesse de se multiplier. D'après le ministère de l'Intérieur, le phénomène de bande est défini comme des groupes composés d'au moins trois personnes, la plupart du temps de jeunes garçons mineurs qui s'affrontent sur fond de rivalité entre quartiers. Ils s'affrontent de manière violente à l'aide de barres de fer ou d'armes blanches souvent sous fond de trafic de drogues.

>> LIRE AUSSI - Jeune tué dans une rixe à Paris : «Il y a un problème de sécurité en France, on n'y échappe pas»

Des affrontements de plus en plus violents

Ce phénomène concerne la région parisienne. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 45 des 74 bandes actives sur le territoire national se trouvent en Île-de-France. Si le nombre de bandes est en diminution ces dernières années, les affrontements sont de plus en plus violents et s'intensifient.

>> LIRE AUSSI - Rixe entre bandes : en Essonne, la surveillance policière se fait aussi... dans les airs

En 2018, 218 rixes ont été répertoriées contre 320 en 2022, comprenant trois tués et 239 blessés. Cette augmentation s'explique par l'émergence des réseaux sociaux, attisant les rivalités entre les bandes et facilitant le regroupement.


Lire la suite sur Europe1