Publicité

PFL: "Je ne pensais pas que ça durerait 10 secondes", Doumbé réagit à sa victoire par KO contre Zebo

ICON Sport

Kylian Mbappé et ses partenaires du PSG n’en sont pas revenus. Venus assister au combat entre Cédric Doumbé et Jordan Zebo au Zénith de Paris dans le cadre du PFL Paris, les Parisiens n’ont presque pas eu le temps de savourer le spectacle. Après seulement dix secondes, le combat était déjà terminé. KO Jordan Zebo. "Je m'étais bien préparé, je ne pensais évidemment pas que ça durerait 10 secondes mais je ne voulais pas que ça dure, confiait, à chaud, Cédric Doumbé, sur RMC Sport 2. C'est ma spécialité, le timing c'est important, quand quelqu'un m'envoie un coup au corps, il faut répondre directement. J'ai plus de 80 combats à mon actif, j'ai l'habitude de jouer devant un public aussi nombreux, je suis habitué à cette pression."

>> Abonnez-vous à RMC Sport 2 pour ne rien manquer du MMA

"Je savais que ça allait se terminer au 1er round"

Quelques minutes plus tard, à froid, Cédric Doumbé est à nouveau revenu sur ce KO express : "On me disait 1er, 2eme round… Moi je doutais qu’il passe le premier, Souvent avec les mecs costauds, le menton est fragile. Je me suis dit qu’il peut être solide. Mais même s’il est solide, ce sera au 2eme round! Je savais que ça allait se terminer au 1er round, mais jamais je n’aurais imaginé au bout de neuf secondes. Je me suis dit que pour lui, je suis le combat de sa vie, il va arriver préparé… Il a essayé de striké avec moi, KO 1er round."

"Je lui ai dit : "Gros, tu ne rencontreras jamais quelqu’un qui frappe aussi fort que moi, donc oublie ce combat"

Au-delà de l'éclante victoire pour ses débuts au PFL, Cédric Doumbé a aussi assuré un très grand show : "C’est naturel. Ce personnage fait partie de moi. J’aime partager qui je suis avec le public avant, pendant et après le combat, assure-t-il. Cela n’enlève en rien le respect que j’ai pour mon adversaire. Jordan Zebo est un adversaire que j’ai pris au sérieux, que j’ai respecté et que je respecte toujours. Je voulais que cette défaite n’entache pas son courage, sa détermination. Qu’il continue à s’entraîner. Il est tombé sur un adversaire qui était beaucoup plus fort que lui. Je lui ai dit : "Gros, tu ne rencontreras jamais quelqu’un qui frappe aussi fort que moi, donc oublie ce combat." Il n’y en a pas deux comme moi."

Article original publié sur RMC Sport