Peut-on vraiment diagnostiquer une « addiction aux écrans » ?

© Pexels

Smartphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs, consoles… Les écrans et Internet font partie de notre quotidien pour une vaste étendue de services, parmi lesquels faciliter notre accès à l’information, traiter des données ou nous divertir. En moyenne, les Français passeraient 20 heures par semaine en compagnie d’écrans dans le cadre de leur activité professionnelle, et 36 heures pendant leur temps libre.

Tout en s’avérant profitable dans beaucoup de domaines, cette « cohabitation » avec les écrans a aussi vu émerger des difficultés et certaines inquiétudes, notamment lorsque l’usage est considéré comme excessif – et se trouve alors associé à des problèmes de sommeil, de performances scolaires, etc. L’expression « addiction aux écrans » s’est ainsi installée dans le débat public.

Ce sujet a été particulièrement repris pendant et après les périodes de confinements liées au Covid-19. Mais que peut vraiment dire la recherche sur « l’addiction aux écrans » ? Comment les critères médicaux de l’addiction se comportent-ils lorsqu’on les applique aux écrans ? Et quelle proportion d’usagers d’écrans serait alors concernée ? On se confronte alors à un manque d’études fiables, fondées sur des critères médicaux de l’addiction. Notre recherche récemment publiée apporte des éléments de réponse .

Addiction, de quoi parle-t-on ?

Quel que soit son objet, l’addiction  se définit comme la perte de contrôle d’un objet qui était à l’origine une source de gratification pour l’usager.

Il s’agit d’un...


Lire la suite sur LeJDD