Peut-on réparer la nature ?

Regardez autour de vous. La forêt qui bordait votre lotissement ? Amputée de plusieurs hectares pour faire place à de nouvelles constructions. La prairie fleurie que vous longiez à vélo pour aller au travail ? Remplacée par un champ dédié aux monocultures. Les insectes butineurs que vous observiez sur les fleurs de votre balcon ? De moins en moins nombreux. Inutile d’aller bien loin pour constater les détériorations subies par les écosystèmes. D’après les Nations unies, plus de 3,2 milliards de personnes seraient déjà touchées par la dégradation des terres et un million d’espèces (faune et flore) auraient disparu à cause de la perte et de la destruction de leurs milieux naturels.

Les changements climatiques assombrissent le tableau. « Vu l’étendue des dégradations de nos écosystèmes en matière de superficie mais aussi de services rendus, la conservation et la préservation de la nature ne suffisent plus et il devient nécessaire de se tourner vers la restauration », explique Mirey Atallah, responsable Nature pour le climat au Programme des Nations unies pour l'environnement. Restaurer ? Plusieurs approches coexistent, mais le but est le même : favoriser la régénération des écosystèmes qui ont été dégradés ou détruits.

L’actu

Les chiffres

Sources : L’environnement en France (rapport 2019), étude parue dans Nature en 2020

De Dunkerque à Westende, de part et d’autre de la frontière franco-belge, la côte est bordée de dunes. Or, à cause de l’urbanisation et de l’extraction d’eau de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La disparition des glaciers plus importante que prévue : ce qu'il faut retenir du rapport accablant du CNRS
Météo : la moitié des pistes de ski françaises ont fermé
Où trouve-t-on du gaz de schiste ?
Cop 15 : un accord surprise et historique pour la biodiversité
À la découverte d'une grotte de glace à Chamonix !