Peut-on mesurer la fatigue ?

Photo by Tim Bish on Unsplash

« Docteur, je viens vous voir parce que je suis très fatigué(e) ». Selon le Dr Adrian Chaboche, médecin généraliste, coauteur de Libérez-vous de la fatigue, et profitez de la vie ! (J’ai Lu, 2019), entre 20 et 50% des consultations chez le médecin généraliste commencent par cette phrase ! « C’est une plainte à tiroirs, qui peut être liée à une pathologie chronique, des tensions familiales, des conflits au travail, un manque de sommeil, etc. », souligne celui qui a lui-même traversé plusieurs burn-out. Problème : pour bien évaluer la fatigue, et notamment sa dimension subjective, il faudrait que la consultation dure une heure et non pas 20 minutes…

Il existe de nombreuses échelles de mesure de la fatigue : échelle de Pichot, Fatigue Severity Scale (FSS), échelle d’Epworth, etc. Ces échelles n’évaluent pas seulement l’intensité de la fatigue mais aussi la façon dont elle impacte les différentes sphères de notre vie. « Ces échelles ne sont pas utilisées en consultation, mais plutôt par les scientifiques lorsqu’ils conduisent des études et ont besoin d’un outil standardisé », nuance le Dr Chaboche. Pour celles et ceux qui veulent évaluer leur fatigue, l’échelle de Pichot, sous forme de questionnaire, est celle à choisir de préférence (retrouvez-la dans notre numéro actuellement en kiosque). Si le score indique une fatigue importante, il est conseillé d’aller en parler avec son médecin.

Sans test, comment savoir si la fatigue que nous ressentons est « normale » ou « pathologique » ? (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Movember : quelle est l'espérance de vie avec un cancer de la prostate ?
Peut-on interpréter les rêves ?
La vitamine C, la meilleure alliée contre le rhume ?
Bien dormir pendant la grossesse mode d'emploi
Peut-on guérir du psoriasis ?