On peut être enceinte et gagner au tennis, ou le cas ébouriffant de Serena Williams

Libération.fr
La tenniswoman Serena Williams, lundi 5 septembre 2016 à New York.

Quand la championne de tennis a remporté le tournoi d'Australie en janvier, elle était enceinte de huit semaines. Une performance pas si surprenante que ça, nous apprend un article du «New York Times».

Qui ou quoi peut arrêter Serena Williams, tornade tennistique hors du commun, rouleau compresseur d’une vélocité stupéfiante, en même temps que ballerine d’une élasticité insoupçonnable? La question risque de demeurer sans réponse. Car si elle est ces temps-ci enceinte, d’un enfant à paraître en septembre, la patronne du tennis féminin mondial n’entend pas lever le pied bien longtemps et elle a d’ores et déjà annoncé son retour sur les courts pour la saison 2018. C’était mardi, à Vancouver : «Je veux absolument revenir, c’est juste une nouvelle étape dans ma vie», «mon bébé sera dans les tribunes, en m’encourageant et sans trop pleurer». Objectif: effacer le record de titres du Grand Chelem (24), détenu par l’Australienne Margaret Court - soit un de plus que son propre palmarès. A 35 ans, la championne américaine a toujours les crocs de l’impétrante et le panache d’une diva.

Athlète, donc différente

La future mère a d’ores et déjà réalisé une performance, qui en a saisi plus d’un : en postant mi-avril sur Snapchat un selfie en maillot qui montrait son ventre arrondi, avec «20 semaines» pour commentaire, Serena Williams (fiancée depuis décembre à Alexis Ohanian, cofondateur du site web Reddit) a révélé avoir remporté le tournoi d’Australie alors que déjà enceinte de huit semaines. Décidément hors normes, hors concours, s’ébaubissait la multitude. Mais le cas n’est pas si inconcevable, temporise le New York Times dans sa rubrique dédiée au bien-être.


Photo Snapchat (DR) 

Certes, écrit Roni Caryn Rabin, « beaucoup de femmes sont exténuées à huit semaines de grossesse. […] Le corps endure des changements profonds en même temps qu’un résident étranger de la taille d’un haricot rouge s’installe dans son utérus et prend ses aises». Responsable principal de la fatigue, la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La concurrence en quête du nirvana
Méditation : les applis flairent le bonze créneau
Risquer l’outing ou s’abstenir : le dilemme des transgenres face au vote
Beauté féminine : face aux injonctions, l'ère de la «body neutrality»
Droits des LGBTI : que proposent les candidats ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages