"On peut être accro dès la première prise" : la "Ice", la drogue qui ravage la jeunesse soudanaise

© Observateurs

Elle est surnommée “Ice” ou “Satan” : ces dernières semaines, de nombreux Soudanais se sont alarmés face à l'augmentation de la consommation d’une drogue de synthèse extrêmement addictive, la méthamphétamine. Pour pallier l'insuffisance des mesures prises par les autorités jugées trop timorées, des militants ont mis en place des initiatives sur le terrain, à l’instar de Lubna Ali, présidente de l’ONG Bitmakaly.

Depuis début janvier, nombre d'activistes soudanais publient des vidéos de sensibilisation sous le hashtag #sauve ton fils, pour mettre en garde contre les dangers de la métamphétamine.

La méthamphétamine est une drogue de synthèse aux effets dévastateurs à long terme. Elle se présente sous forme cristalline, qui peut évoquer du verre pilé, ou de la glace. Et se consomme généralement fumée au moyen d'une pipe.

Cette vidéo de sensibilisation réalisée par un jeune Tiktokeur met en scène un jeune accro à la drogue qui n'hésite pas à frapper son père pour lui prendre de l'argent et s'acheter de la méthamphétamine.

"Nous incitons les familles à dépasser le sentiment de honte"

Lubna Ali a fondé Bitmakaly en 2013. Cette ONG gère un centre de désintoxication à Khartoum. Elle mène également des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes dans la capitale soudanaise.

Jusqu'à 2019, la drogue la plus consommée au Soudan était le cannabis. Il y avait aussi des médicaments psychotropes comme le Tramadol et le Captagon. La méthamphétamine a commencé à faire son apparition après la révolution, probablement en raison de l'instabilité politique.

Lubna Ali conteste ces accusations :