Qui a peur de "The Goop Lab", la série documentaire de Gwyneth Paltrow diffusée sur Netflix ?

Elodie Drouard

"Salut Netflix, aujourd'hui j'arrête mon abonnement parce que je ne veux pas soutenir une entreprise qui fait la promotion de pseudo-sciences dangereuses. Si vous annulez The Goop Lab, je me réabonne immédiatement." Ce message*, et d'autres du même type*, ont été publiés sur Twitter début janvier, après l'annonce de la diffusion de la série documentaire The Goop Lab sur la plateforme de streaming de la firme américaine.

Dans les épisodes disponibles depuis le 24 janvier, Gwyneth Paltrow évoque des expériences psychédéliques ou des "guérisons énergétiques", entourée de jeunes femmes. Toutes sont des employées de Goop, la société fondée par l'actrice américaine qui coproduit The Goop Lab. L'une apparaît le visage criblé d'aiguilles, l'autre le corps agité de spasmes. Et pour comprendre pourquoi la série a suscité autant de réactions négatives avant même d'avoir été visionnée, il faut connaître Goop.


Un empire du bien-être

Oscarisée neuf ans plus tôt pour son rôle dans Shakespeare in Love, Gwyneth Paltrow lance en 2008 son site internet baptisé Goop, "un mot qui ne veut rien dire et qui pourrait tout dire", et qui contient ses initiales et deux double "o", "parce que toutes les marques qui réussissent sur internet" s'écrivent ainsi, peut-on lire sur le site de la marque*. Le concept est ultra-basique. Sur Goop, Gwyneth partage ses coups de cœur en matière de voyage, de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi