"La peur est tout le temps là" : Thierry Beccaro parle de son passé d'enfant battu

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Thierry Beccaro était interviewé dimanche dans «Sept à huit» à l’occasion de la sortie de son nouveau livre «Ma résilience à moi».

Il a eu le courage de parler de son enfance en 2017 dans «Je suis né à 17 ans». Thierry Beccaro y racontait son passé d’enfant battu. Dans son nouvel ouvrage, qui paraîtra le 4 novembre prochain, l’ancien animateur de France Télévisions se confie sur «le long et difficile chemin de la résilience». À quelques jours de la sortie de «Ma résilience à moi», il était invité dimanche dans «Sept à huit».

«Avec le recul, le petit enfant que je suis est effrayé par ce qu’il voit. Et l’adulte que je suis me dit : "Mon Dieu que c’est triste, que c’est malheureux de voir ça". C’est l’espèce de disproportion qu'il peut y avoir entre le corps d’un enfant et la force d’un homme, d’un poing, d’une main, d’une paume… on ne peut pas faire ça. Ça fait mal et ça vous fracasse le corps, la tête. Ça vous fracasse la vie. Faut pas l’oublier. Ça vous fait des adultes qui sont brisés. Vraiment», a raconté l’ancien animateur du jeu télévisé «Motus».

«Elle [cette peur, ndr] est tout le temps là. Dans ma vie personnelle, si vous saviez comme… la peur m’a accompagné et elle m’accompagne encore. La peur d’aller dans une soirée, la peur de prendre l’avion, la peur de faire ceci, la peur de faire cela. Tout ce à côté de quoi vous passez à cause de ça… waouh, c’est terrible. La peur de s’engager, la peur de… de temps en temps, je me dis : "Mais, t’en as pas marre d’avoir peur ? Oh !"», a poursuivi Thierry Beccaro(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles