Peur sur le lac : les galères de Sylvie Testud sur le tournage de la série de TF1

C'est un tournage qu'elle n'est pas prête d'oublier. Ce jeudi 23 janvier, TF1 diffuse les deux derniers épisodes de la série Peur sur le lac. Dans ce programme, les téléspectateurs retrouvent Julie de Bona qui interprète le rôle du capitaine de police Lise Stocker après sa présence remarquée dans Le Bazar de la charité. Un rôle qu'elle tenait déjà en 2017 dans Le tueur du lac. A ses côtés, l'actrice Sylvie Testud incarne elle Alice Wagner, un médecin colonel chargé d'enquêter sur une inquiétante épidémie qui se propage.

La comédienne campe l’un des personnages féminins forts de cette nouvelle saison. Pour elle, le tournage n'a pas été de tout repos comme elle le raconte à nos confrères de Télé 7 Jours. Si pour Sylvie Testud tourner en période de canicule n'a absolument pas été compliqué, elle confie un autre problème : "Bien moins, en tout cas, que d’apprendre le texte, qui est une 'tannasse'. Il y a tellement de termes techniques, mais je n’allais pas non plus ouvrir un Vidal !"

Heureusement, l'actrice est loin d'être hypocondriaque. "Je fume comme un pompier et j’espère vivre vieille". Cependant, Sylvie Testud confie se poser des questions concernant l'attitude à adopter face à l'arrivée d'une telle épidémie : "Quand on est dans l’anticipation, la peur peut exister, mais elle ne doit pas se transformer en hystérie. Au contraire, elle doit amener à être extrêmement précis, concis". Elle est actuellement à l'affiche du film Rendez-vous chez les Malawas avec Christian Clavier, Michaël

Retrouvez cet article sur GALA

Justin Timberlake infidèle : comment il essaye de regagner la confiance de Jessica Biel
Sophie de Wessex : cette fausse couche qui l’a rapprochée d’Elizabeth II
Niels Schneider : ce “truc sexuel” avec une petite amie de son frère décédé pour exorciser la mort
Le prince Harry assume son choix : il voulait “désespérément” que son fils Archie grandisse hors de la monarchie
Brigitte Macron aux Enfoirés : “Elle a tenu à payer sa place”