"Un peu surprise", Delphine Ernotte répond à Cyril Hanouna après son attaque contre France Télévisions

Cyril Hanouna appelle à privatiser l'audiovisuel public. - Abaca
Cyril Hanouna appelle à privatiser l'audiovisuel public. - Abaca

En marge du colloque "Télévisionnaire", organisé par la régie publicitaire de France Télévisions, Delphine Ernotte réagit aux propos virulents de Cyril Hanouna contre l'audiovisuel public.

Une réponse vers l'apaisement. Ce mardi, selon des propos rapportés par "Le Parisien", en marge du colloque "Télévisionnaire", organisé par la régie publicitaire de France Télévisions, Delphine Ernotte réagit aux attaques de Cyril Hanouna, tenus hier dans "Touche pas à mon poste" sur C8, contre le groupe audiovisuel du service public.

Pour rappel, le présentateur vedette de la Huit s'était plaint du budget alloué à l'ensemble du service public, évalué à 3,8 milliards d'euros. Dans une diatribe enflammée, Cyril Hanouna avait même appelé à la privatisation de France Télévisions, Radio France, Arte et entre autres France Médias Monde.

"Je trouve qu'il a été un peu trop loin"

"Evidemment, ça crée beaucoup d'émoi dans les équipes. Je connais bien Cyril, c'est un animateur professionnel. Là, je trouve qu'il a été un peu trop loin. Je ne comprends pas bien d'où ça sort", déclare-t-elle, en premier lieu. S'il ne l'a pas indiqué explicitement, l'animateur de "Touche pas à mon poste" a réagi hier à la prise de parole de Rima Abdul Malak, ministre de la Culture, qui a estimé qu'il fallait se montrer plus sévère quant aux dérapages de Cyril Hanouna, dans une interview accordée au "Monde" hier.

Face aux journalistes, Delphine Ernotte insiste sur le fait que le trublion de C8 est "un grand spécialiste" et qu'il "sait très bien que les financements publics", "ça ne finance pas que France Télévisions" : "Ca finance...

Lire la suite


À lire aussi

"Je prends des notes" : Raquel Garrido donne des leçons de journalisme à BFMTV, Bruce Toussaint riposte
Brut crée un nouveau format de vidéo entièrement réalisé grâce à l'intelligence artificielle
Jean Clémentin, ancien journaliste du "Canard enchaîné" accusé d'espionnage, est mort