Peu de mouvement à la Bourse de Paris

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

La Bourse de Paris stagne lundi, jour férié en France, où les investisseurs continuent de digérer les données ambivalentes de l'emploi américain publiées en fin de semaine dernière, en attendant de nouvelles données sur l'inflation aux Etats-Unis et en Chine.

A 10H38, l'indice vedette CAC 40 grappillait 0,13% à 7.442,36 points. La cote parisienne avait repris 1,26% vendredi pour clore une semaine au final négative.

Le marché de l'emploi aux Etats-Unis a rebondi de manière inattendue en avril, avec des créations d'emplois en hausse et un taux de chômage en baisse.

Ces chiffres sont à la fois positifs, dans la mesure où ils confirment la résilience de l'économie américaine, et en même temps un signe que la lutte contre l'inflation élevée aux Etats-Unis est encore loin d'être terminée.

Les investisseurs attendent désormais l'indice des prix à la consommation américaine pour avril, qui sera publié mercredi, et les prix à la production aux Etats-Unis jeudi, pour se faire une idée de l'évolution de l'inflation et mieux anticiper le prochain mouvement de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed). Ils suivront également jeudi les chiffres de l'inflation en Chine.

"Mercredi, les derniers chiffres de l’inflation américaine seront publiés et devraient donner une autre indication de la nécessité de nouvelles hausses de taux d’intérêt par la Fed. Avant le week-end, le rapport sur le marché du travail d’avril allait déjà dans cette direction", estime Jürgen Molnar de RoboMarkets.

Si l'inflation reste plus marquée, la Réserve fédérale pourrait être tentée de ne pas interrompre son cycle de hausses de taux.

L'activité économique des deux côtés de l'Atlantique a commencé à ralentir.

La production industrielle a chuté en Allemagne en mars, plombée par le secteur automobile, selon les chiffres publiés lundi.

Elle suit le mauvais signal d'autres indicateurs économiques allemands publiés ce mois-ci.

Ces données ont plongé de façon "surprenante", selon Carsten Brzeski, analyste pour ING direct, augmentant les chances d'une "révision à la baisse de la croissance au premier trimestre", ajoute-t-il.

Le gouvernement allemand table sur une croissance de 0,4% sur l'ensemble de l'année 2023.

OL Groupe suspendu

Le titre OL Groupe était suspendu à la Bourse de Paris après la nomination de l'Américain John Textor au poste de PDG en remplacement du président emblématique de Lyon, Jean-Michel Aulas. John Textor avait racheté le club rhodanien en décembre dernier.

Nanobiotix à l'extrême

Après un spectaculaire rebond (+157,83%) vendredi, l'action de la biotech spécialisée en oncologie Nanobiotix continuait à grandes enjambées (+58,41% à 6,78 euros). La société, qui a mis au point une formule à base de nanoparticules à injecter aux patients traités dans le cadre d'une radiothérapie, a indiqué vendredi être en "négociation contractuelle finale" avec un "acteur majeur mondial de l'industrie pharmaceutique" pour soutenir le développement et la commercialisation du NBTXR3 dans le cancer de la tête et du cou.

Euronext CAC40

bur-pan/ref/clc