“Peu d’autocritique” : Macron renvoie la balle à l’opposition

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHOTO / LUDOVIC MARIN / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C’est un discours bref et concis, mais qui n’aide pas forcément à y voir plus clair. Mercredi 22 juin, Emmanuel Macron s’est adressé en direct à la télévision aux Français, en s’exprimant pour la première fois depuis la perte de la majorité absolue au second tour des législatives.

“Avec peu d’autocritique”, le président a cherché à “réaffirmer sa légitimité intacte malgré sa défaite électorale”, souligne La Vanguardia. Et “ceux qui espéraient une décision drastique comme la désignation d’un nouveau Premier ministre seront déçus”, ajoute le quotidien espagnol.

Macron s’est adressé à la nation “au terme d’une journée où il a bouclé son tour de table des forces politiques pour tenter de trouver une porte de sortie”, écrit le quotidien belge Le Soir, et à en croire les déclarations du président de la République, ses tentatives n’ont pas donné les fruits espérés.

L’opposition renvoyée “face à ses responsabilités”

“Il faudra clarifier dans les prochains jours la part de responsabilité et de coopération que les différentes formations de l’Assemblée nationales sont prêtes à prendre”, a attaqué Macron :

“Entrer dans une coalition de gouvernement et d’action ? S’engager à voter simplement certains textes ? Notre budget ? Lesquels ? Il revient maintenant aux groupes politiques de dire en toute transparence jusqu’où ils sont prêts à aller.”

L’hypothèse d’un gouvernement d’union nationale (“ qui n’est pas justifié à ce jour” selon le président) a été explicitement écartée, c’est pourquoi “les espoirs du président se dirigent désormais vers ’une majorité plus large et plus claire pour agir’”, analyse Le Temps.

Une manœuvre éminemment offensive, décrypte le quotidien suisse, selon qui, avec ce discours, “Macron a mis ses adversaires face à leurs responsabilités, en affirmant qu’il revenait désormais aux groupes politiques de faire savoir à quel point ils voulaient s’engager dans ce processus”.

Le président a même fait entendre qu’il espérait avoir des réponses de l’opposition à ce sujet, déjà à son retour du déplacement pour le Conseil européen des 23 et 24 juin, dans l’optique de bâtir une “méthode” et une “configuration” nouvelles.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles