Petits meurtres entre Mésopotamiens : découverte d'une scène de crime maquillée il y a 3000 ans

Une maison, un trou rebouché, deux corps, des traces de coups de couteau et une main en moins : de nombreux éléments laissent entendre que des archéologues ont mis la main sur une scène de crime ingénieusement dissimulée dans une habitation mésopotamienne du 2e millénaire av. J.-C.

Passé sous silence pendant plus de trois millénaires, on peut dire que le crime était parfait. En 2008, alors que la guerre en Syrie n’a pas éclaté et qu’il est encore possible de mener des fouilles archéologiques dans le pays, des chercheurs tombent sur un bien étrange vestige. Ces derniers travaillent à ce moment-là au dégagement d’une zone d’habitation de Tell Mohammed Diyab, un site du nord-est de la Syrie occupé de façon discontinue entre le début et le milieu du 2e millénaire avant J.-C. Comptant parmi la poignée de sites que l’on reconnaît aujourd’hui comme les toutes premières villes de Mésopotamie, Tell Mohammed Diyab aurait été, au temps du roi Shamshi-Adad (ou Shamshi Abdu, vers 1815 av. J-.C.), un centre urbain vivace. Les archéologues y ont d’ailleurs retrouvé un palais et plusieurs temples, estimant que la ville a pu abriter à l’époque entre 2000 et 2500 habitants.

Enfouis dans un silo

En ce jour de 2008 donc, l’archéologue spécialiste du monde oriental et cheffe du service Archéologie du Val-de-Marne Virginia Verardi remarque une curieuse irrégularité au sol d’une maison de Tell Mohammed Diyab : "J’étais en train de dégager un très beau pavage en cailloux et j’ai remarqué à un endroit une marque en forme de cercle, faite de pierres plus enfoncées et plus clairsemées", raconte la chercheuse à Sciences et Avenir. Fosse de plantation ? Trou de poteau ? Ensemble, l’équipe s’interroge. "Nous avons décidé de creuser pour espérer comprendre de quoi il s’agissait."

 Crédit : V. Verardi/Mission de Tell Mohammed Diyab
Crédit : V. Verardi/Mission de Tell Mohammed Diyab

Les deux squelettes tels qu'ils ont été découverts dans le silo. Crédits : V. Verardi/Mission de Tell Mohammed Diyab

Tout en concluant qu’ils sont en présence d’un silo – une cavité aménagée dans la terre pour y stocker des denrées - antérieur à la construction de la maison, les chercheurs ont la surprise d’y découvrir deux squelettes enfouis. "Le silo paraissait avoir été réutilisé comme une tombe improvisée et, surtout, désorganisée. Malheureusement, difficile de savoir précisément quand, trop [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi