Petits commerces fermés pendant le confinement : "Un sentiment d'extrême injustice se manifeste aujourd'hui"

franceinfo
·1 min de lecture

"Un sentiment d'extrême injustice se manifeste aujourd'hui, on ne comprend pas pourquoi il y a des biens essentiels, d'autres considérés comme non-essentiels", déplore vendredi 30 octobre sur franceinfo Bénédicte Boudet, déléguée générale de la Confédération des Commerçants de France, alors que de nombreux petits commerces, considérés comme vendant des biens "non-essentiels", ont dû fermer leurs portes vendredi, au moins jusqu'au 1er décembre.

franceinfo : Les magasins Fnac-Darty vont rester ouverts grâce aux dérogations, parce qu'ils vendent de l'électroménager et de l'électronique. Que pensez-vous de cette exception ?

Bénédicte Boudet : C'est incompréhensible. Je me réjouis pour eux car, nous, c'est ce qu'on demande : de pouvoir ouvrir. C'est incompréhensible, car la vente de jouets représente 60% du chiffre d'affaires de ce magasin, en cette période de fin d'années. Il y a les livres. Il y a toute la concurrence des grandes surfaces et en ligne. Un sentiment d'extrême injustice se manifeste aujourd'hui, on ne comprend pas pourquoi il y a des biens essentiels, d'autres considérés comme non-essentiels. Ça pose beaucoup de questions pour nos commerçants.

Les fleuristes vont également devoir fermer dimanche, une fois la Toussaint passée, alors que les supermarchés vendent des fleurs et peuvent, eux, rester ouverts ?

Bien sûr, idem pour les chausseurs, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi