Une petite tortue morte après avoir avalé 104 morceaux de plastique

Des tonnes de plastique sont déversés dans les océans du monde entier et les premiers à en faire les frais sont généralement les animaux marins, et ce, quelque soit leur taille. Parfois, c'est le cadavre d'une jeune baleine qui est retrouvé avec . D'autres fois, c'est le corps d'une minuscule tortue, comme le rapporte sur Facebook le 1er octobre 2019 le centre nature Gumbo Limbo situé en Floride, aux États-Unis.

"Malheureusement, toutes les tortues ne survivent pas"

"Malheureusement, toutes les tortues ne survivent pas. 100% de celles qui ne le font pas avaient du plastique dans leur tractus intestinal, explique sur Facebook le centre. Cette tortue, qui tiendrait dans la paume de votre main, avait mangé 104 morceaux de plastique". L'animal n'a malheureusement pas survécu. "C’est le triste rappel que nous devons tous faire notre part pour que nos océans soient exempts de plastique", note Gumbo Limbo.

Les tortues peuplent nos océans depuis plus de 150 millions d’années

Comme le rappelle sur son site le (WWF), les tortues peuplent nos océans depuis plus de 150 millions d’années et ont côtoyé les dinosaures. "Pourtant, aujourd’hui, six des sept espèces vivantes sont considérées comme menacées ou gravement menacées" entre autres, à cause de nos déchets. Ces animaux peuvent prendre les objets plastiques pour des méduses et donc tenter de les avaler. Les conséquences sont souvent dramatiques. En outre, "les détritus sur les plages constituent des pièges pour les petites tortues et les empêchent de gagner la mer". Les spécimens plus grands peuvent aussi se retrouver piégés. Ainsi, des bénévoles du Bon Secour National Wildlife Refuge avaient découvert le 14 juillet 2018 le cadavre d'une tortue abandonnée sur la grève aux États-Unis. 

"Plus de 220 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année", explique sur son site . "Les déchets plastiques causent la mort de plus d’un million d’oiseaux marins et de plus de 100.000 mammifères marins [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi