Petite pause pour les actions après des records

par Laetitia Volga
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES MARQUENT UNE PAUSE À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en léger repli à l'ouverture mardi après avoir inscrit des records la veille et les Bourses européennes marquent une pause après le mouvement de hausse déclenché par les espoirs de reprise économique.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,1% à 0,2%. Lundi, le S&P 500 et le Dow Jones ont enchaîné leur sixième séance consécutive de hausse, leur meilleure série depuis août dernier.

À Paris, le CAC 40 est quasiment inchangé (+0,03%) à 5.687,61 points vers 12h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,41% après avoir inscrit un plus haut record lundi et à Londres, le FTSE est stable.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,25%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro baisse de 0,13% et le Stoxx 600 de 0,24%.

L'indice paneuropéen n'avait pas connu une séance dans le rouge depuis le début du mois et l'indice mondial MSCI a atteint un nouveau pic historique, encouragés notamment par les résultats d'entreprises, des signes d'amélioration sur le front sanitaire et la perspective d'un plan de relance aux Etats-Unis.

Même si la plupart des opérateurs continuent de se réjouir de l'amélioration des perspectives économiques, la perspective du retour de l'inflation pourrait affecter les actions, fait remarquer Pierre Veyret chez ActivTrades.

"En effet, dans un environnement où les marchés d'actions sont déjà proches de sommets records, menés par des valorisations de plus en plus étirées dans certains secteurs, une inflation plus élevée laisse présager un recul à venir", a déclaré l'analyste dans une note.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les investisseurs suivront la publication, après la clôture de Wall Street, des résultats de Twitter et Cisco notamment.

En attendant, le fabricant de cosmétiques Coty perd plus de 5% après l'annonce d'une baisse de 16% de ses ventes trimestrielles.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, Total, qui souhaite se rebaptiser TotalEnergies, gagne 1,11%, le groupe pétrolier maintient son niveau de dividende malgré des résultats trimestriels en nette baisse.

EssilorLuxottica avance de 1,56% après une information selon laquelle le groupe d'optique propose de céder des actifs pour obtenir l'accord de la Commission européenne à son projet de rachat de GrandVision, en hausse de 1,59%.

Scor prend 2,72% après avoir annoncé mardi une hausse de ses primes de réassurance lors des renouvellements de janvier 2021 et dit anticiper une poursuite de l'amélioration du marché lors des prochains renouvellements en 2021 et en 2022.

La cotation de Natixis est suspendue à la demande dans l'attente de la publication d'un communiqué. Sa maison-mère BPCE envisage de lancer une offre de rachat sur les 30% du capital de la banque qu'il ne possède pas, a rapporté une source proche du dossier à Reuters.

Iliad avance de 3,57% après un relèvement de conseil de HSBC à l'achat.

CHANGES

Sur le marché des devises, l'indice mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de référence recule de 0,35% et a touché son plus bas niveau depuis une semaine.

L'euro grimpe de 0,46% et repasse au-dessus de 1,21 dollar.

La livre sterling a atteint son plus haut niveau contre le dollar depuis avril 2018, les cambistes évoquant l'avance de la Grande-Bretagne dans les vaccinations contre le COVID-19 comme un élément positif pour la devise britannique.

Le bitcoin a effacé ses gains après avoir inscrit un record historique à 48.216,09 dollars au lendemain de l'annonce d'investissement massif de Tesla dans la cryptomonnaie.

TAUX

Les rendements obligataires de référence de la zone euro varient peu : celui du Bund allemand à dix ans est quasi stable à -0,443%. Le dix ans américain perd moins d'un point de base à 1,1533%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole repartent en petite baisse mais restent proches de leurs plus hauts niveaux en 13 mois atteint plus tôt grâce aux espoirs de reprise économique et aux réductions de production entreprises par les grands pays producteurs.

Le baril de Brent est à 60,63 dollars après un plus haut depuis janvier 2020 à 61,27. Celui du brut léger américain (WTI) évolue autour sous 58dollars après un pic en séance à 58,62.

(édité par Patrick Vignal)