Petite notice pour comprendre (avec méthode et recul) les annonces de décès post-vaccinaux

Fabien Magnenou
·1 min de lecture

Des décès ont récemment été déclarés après une injection du vaccin contre le Covid-19. Pour autant, ces événements étaient attendus car ils concernent en priorité les résidents des Ehpad, où la mortalité est élévée. A ce stade, aucun élément ne permet de passer d'un lien de corrélation à un lien de causalité. Explications.

Gare aux raccourcis trop rapides. Cinq pensionnaires d'Ehpad "âgés ou très âgés avec des comorbidités" sont morts en France, après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. "Au regard des éléments dont nous disposons à ce jour, rien ne permet de conclure que les décès rapportés sont liés à la vaccination", précise toutefois l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), mardi 19 janvier. Ces cas vont donc faire l'objet d'examens plus poussés, afin d'éclaircir les causes des décès.

D'une manière générale, comment interpréter ces annonces de décès post-vaccinaux ? Comment éviter les conclusions hâtives ? Et à partir de quel moment faut-il nourrir des inquiétudes ? Eléments d'analyse et de contexte avec le professeur Jean-Louis Montastruc, directeur du centre régional de pharmacovigilance (CRPV) de Toulouse (Haute-Garonne), et le professeur Antoine Pariente, directeur du CRPV de Bordeaux (Gironde), l'un des deux référents pour le suivi du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech.

D'abord, de tels décès sont-ils étonnants ?

Non, au regard du profil des publics concernés. L'âge est un facteur évident de mortalité, même sans infection au Sars-CoV-2. A priori, il est donc naturel d'observer (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi