«Petite martyre de l'A10» : le parquet requiert le renvoi des parents devant une cour d'assises

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Le procureur de Blois a requis le renvoi devant une cour d'assises pour meurtre aggravé et complicité de meurtre aggravé, des parents d'une fillette de 4 ans retrouvée morte et mutilée en 1987 au bord de l'autoroute A10, a-t-il annoncé vendredi. "Le ministère public considère que l'enquête puis l'information judiciaire ont permis de caractériser et de retenir, à la charge des deux mis en examen, ce crime qui justifie un débat public et contradictoire devant la cour d'assises du département et pour lequel la réclusion criminelle à perpétuité est encourue", écrit le procureur Frédéric Chevallier dans un communiqué.

Reconnue grâce à des prélèvements ADN sur son frère

Si le juge d'instruction décidait de suivre ces réquisitions, "une audience dans le courant de l'année 2023 serait envisageable, sous réserve de l'exercice des recours possibles", soit 36 ans après les faits, précise le magistrat. Les enquêteurs étaient remontés jusqu'aux parents , jusqu'alors inconnus, de la petite Inass, surnommée la "Petite martyre de l'A10", grâce à un prélèvement ADN opéré sur son frère, arrêté en 2016 dans une affaire de violence. Après comparaison avec le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), une correspondance avait été révélée avec des traces ADN sur les vêtements et la couverture dans laquelle était enveloppé le corps de l'enfant, lors de sa découverte le 11 août 1987 dans un fossé de l'autoroute à Suèvres (Loir-et-Cher) par deux employés de la société Cofiroute....


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles