Petite histoire de la consommation de l'alcool

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
·2 min de lecture

Il tue insidieusement et pourtant on continue d'apprécier sa compagnie. Pire encore, on la valorise. Avez-vous remarqué la différence qui sépare désormais l’alcool de son acolyte, la seule autre drogue légale en France, le tabac ? Vous êtes-vous rendu compte des comportements que l’on adopte en société ? La cigarette, dans les mœurs, est bel et bien considérée comme ce qu’elle est : un poison. Au détour d’une cigarette, on ne s’étonnera pas d’entendre une personne dire qu’elle « essaie d’arrêter » parce qu’elle a conscience que ce comportement est néfaste pour sa santé à court, moyen et long terme. Avez-vous déjà entendu quelqu’un évoquer un objectif similaire avec un verre à la main lors d’une soirée festive ? Nous serions prêts à parier que non. Pourtant, les effets de l’alcool sont bien réels et l’alcoolisme prend des visages radicalement différents de l’image populaire que nous en avons : un vieil enquêteur de police que sa femme a quitté à cause de sa consommation problématique d’alcool, qui ne vit plus que pour résoudre des affaires et noie son désespoir dans la boisson dès le petit matin.

Mais la consommation d’alcool ne pose pas que des questions de santé individuelle. Elle pose aussi des questions de santé publique. Par ce biais, elle touche à des conceptions politiques et philosophiques de la société dans laquelle nous souhaitons vivre. Et c’est généralement là que le débat coince, entre les postures morales et le lobbying effréné. À l'occasion du Dry January, qui a commencé ce 1er janvier, et qui permet de s'interroger sur notre rapport à la consommation d'alcool, nous vous proposons une série de trois articles. Le premier, dans le but de réaliser une brève rétrospective de l’histoire de la consommation d’alcool. Le deuxième, afin de revenir rapidement sur les différentes facettes de l'alcoolisme et sur ses effets sur la santé. Le troisième, pour pointer les dilemmes philosophiques et politiques que cela met en exergue.

Nous buvons depuis des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura