Petite accalmie sur le front de l’inflation aux États-Unis

La hausse des prix a ralenti au mois de juillet, même s’il elle reste élevée.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

8,5% sur un an en juillet. C’est moins que le pic de 9,1% observé en juin. Et c’est aussi moins que ce qui était prévu en moyenne par les observateurs spécialisés. C’est donc un signe encourageant, même si cela reste élevé, et surtout cela demande confirmation dans les mois à venir.

Il y a des disparités dans la dynamique des prix. La hausse reste portée par les coûts de l’alimentation et du logement. En revanche, les billets d’avion et l’énergie sont à la baisse. Surtout, le prix le plus scruté aux États-Unis, celui de l’essence à la pompe, est en baisse. Il est même en baisse continue depuis 57 jours, comme la Maison Blanche se plait à le rappeler de manière quasi-quotidienne.

Mais il y a un chiffre que Joe Biden retient au moment de commenter ces informations : zéro, 0% d’inflation en moyenne sur un mois entre juin et juillet. C’est la première fois depuis le printemps 2020 et politiquement, c’est une très bonne nouvelle pour lui à trois mois des élections de mi-mandat. Si la tendance se poursuit, ses adversaires républicains auront plus de mal à faire campagne sur l’angle d’attaque qu’ils ont choisi : sa politique économique. Au contraire, une semaine après de très bons chiffres de créations d’emploi, le président en revendique les résultats dès qu’il en a l’occasion.


Lire la suite sur RFI