"Le petit retraité est toujours dans la m*rde" : face à la colère, les ministres optent pour la pédagogie

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Au lendemain de la mobilisation syndicale, Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, était vendredi dans le Nord à la rencontre de retraités modestes pour vanter les avancées que prévoit le texte. Un face à face dans un foyer communal à Orchies, pour convaincre que cette réforme comporte aussi des dispositions sociales.

Le gouvernement occupe le terrain pour assurer le service après-vente de la réforme des retraites. Pédagogie, explication et conviction... Les ministres ont leur feuille de route. Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, était par exemple vendredi dans le Nord, à la rencontre de retraités face à face dans un foyer communal à Orchies, pour convaincre qu'au-delà de l'allongement de la durée du travail, cette réforme comporte aussi des dispositions sociales comme la retraite minimum à 1.200 euros.

>> Retrouvez Europe matin week-end 6-8 en podcast et en replay ici

"Il faut qu'on corrige des injustices"

"On considère qu'à l'occasion de cette réforme, il faut qu'on corrige des injustices", affirme Olivier Véran face à une petite assemblée de retraités modestes, aux pensions largement inférieures à 1.000 euros, des vies de travail au maigre salaire comme Liliane, 65 ans, qui survit avec 900 euros par mois. "C'est bien beau, le gouvernement a octroyé quelques euros de plus sur la retraite, mais moi je suis locataire et les quelques euros d'APL diminuent. Donc excusez-moi de vous dire ça avec des mots crus, le petit retraité est toujours dans la merde", lui lance-t-elle.

Olivier Véran tente de rassurer

Petit sourire du porte-parole du gouvernement qui s'empresse de rassurer la sexagénaire. La réforme lui garantira le fameux revenu minimal de 1.200 euros. "Il est normal que vous puissiez, quand vous êtes retraité, pouvoir vivre de votre retraite et ne pas de dépendre d(...)

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Lycéens, actifs, futurs retraités... Ces manifestants expliquent pourquoi ils rejettent la réforme des retraites