Ce tout petit crustacé réalise avec sa pince l'un des mouvements les plus rapides au monde !

·2 min de lecture

Un crustacé d'à peine quelques millimètres réalise l'un des mouvements les plus rapides du monde animal : il va 10.000 fois plus vite qu'un clignement d'œil ! Résultats en vidéo à vitesse réelle et au ralenti.

"Ce claquement, l'un des plus rapides au monde, s'est fait en moins de 50 microsecondes, c'est 10.000 fois plus court qu'un clignement d'œil moyen !". Cette prouesse décrite par des scientifiques de l'Université de Duke dans la revue y, c'est celle d'un tout petit crustacé du nom de Dulichiella cf. appendiculata, dont les mâles ont des pinces pouvant mesurer plus de 30% de leur corps, mesurant au total quelques millimètres seulement.

La vitesse de ce mouvement atteint 17 mètres par seconde

Pour étudier la fermeture de cette pince, les chercheurs ont filmé le petit amphipode à une vitesse de 2.33 microsecondes entre chaque image. Les résultats sont impressionnants : la vitesse de ce mouvement atteint 17 m/s, donnant la possibilité au crustacé de l'effectuer plusieurs centaines de fois par seconde, comme on peut le voir dans les vidéos ci-dessous.

Le mouvement à vitesse réelle :

Crédits: Current Biology/Longo

Le mouvement ralenti 10.000 fois :

Crédits: Current Biology/Longo

Parmi les plus rapides du monde animal

Au contraire de ce que l'on pourrait penser, les records de vitesse dans le monde animal ne sont pas détenus par de grands animaux mais par de tous petits. Parmi les mouvements les plus rapides, on retrouve celui de 22 mètres par seconde du ou celui des mandibules de la à 90 mètres par seconde. Ce qui est incroyable cependant avec Dulichiella cf. appendiculata, c'est la proportion entre la très faible taille de la pince et son accélération, qui de plus se fait dans l'eau, ce qui ralentit sa vitesse.

Ce mouvement crée un changement de pression qui engendre des jets d'eau, des bulles, et des bruits de claquement. Reste à savoir pourquoi. Les auteurs imaginent que cela pourrait leur servir à défendre leur territoire ou partenaires sexuels. Les bruits, eux, pourraient avoir un but communicatif.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi