Petit Cambodge : le tribunal de Paris ordonne l'expulsion des squatteurs

·2 min de lecture

Le tribunal de Paris a ordonné l’expulsion immédiate des militants qui squattaient depuis mi-novembre l’un des locaux du Petit Cambodge, restaurant parisien touché par les attentats de 2015.

Les propriétaires du Petit Cambodge n’avaient pas franchement aimé 2020. L'année 2021 pourrait bien se montrer plus clémente. Le tribunal de Paris vient de demander l’expulsion immédiate et sans délai des squatteurs d’un des locaux du restaurant situé rue Jean et Marie Moinon dans le 10ème arrondissement parisien, a appris Marianne de l'avocat du restaurant, Éric Bernard. Le tribunal a également exigé le paiement d'une indemnité d'occupation correspondant au nombre de jours occupés. Malgré l’émoi suscité par la dimension symbolique de ce lieu – l’un des restaurants du Petit Cambodge ayant été frappé par les attentats de novembre 2015 – les militants écologiques et antiracistes à l’origine de cette occupation persistaient et ne voulaient pas quitter les lieux.C’est depuis mi-novembre que les activistes occupaient le local pour dénoncer la pression immobilière. « Nous résistons pour ne pas voir un quartier aseptisé par la gentrification » écrivaient-ils dans un communiqué, déplorant que le local soit resté fermé depuis son attribution au Petit Cambodge.Les gérants, déjà propriétaires de deux restaurants dans le quartier, s’étaient vus attribuer ce nouvel espace en 2015 espérant y ouvrir une nouvelle enseigne. Des travaux étaient en cours, assurait à Marianne Maître Éric Bernard....

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"L'humain est contraint, il ne peut pas tout" : la tribune de pédiatres et psychiatres sur le documentaire "Petite fille""Pour aider les petites entreprises, l'État pourrait instaurer un revenu minimum vital temporaire face à l’urgence"Après Bruno Roger-Petit et Marion Maréchal, ces déjeuners imaginaires qui défrayeraient la chroniqueAntiracistes, décoloniaux : qui sont les collectifs qui squattent le Petit Cambodge à Paris ?Bruno Roger-Petit, l'encombrant conseiller d’Emmanuel Macron