"Un petit bonhomme fantastique" : les rares confidences de Michel Polnareff sur son fils Louka

Michel Polnareff a en ce moment une actualité chargée. A l'occasion d'un entretien pour Paris Match, le chanteur a fait de rares confidences sur son fils, Louka. En effet, l'artiste a été interrogé sur la façon dont il envisageait son avenir. En effet, en 2050, Louka aura 40 ans et les prévisions météorologiques sont très pessimistes quant au réchauffement climatique. Ainsi, celui qui s'en est pris à Calogéro et Benjamin Biolay a dévoilé ce qu'il pensait. "Espérons qu'il ira ailleurs où il fait moins chaud", commence par déclarer Michel Polnareff.

Toujours aussi cash, il poursuit : "J'adore Louka. C'est un petit bonhomme fantastique qui vient dans des conditions étranges mais il est fort et j'ai très confiance en lui. Le réchauffement, ce n'est pas très nouveau pour moi. Ça fait des années et des années et des années que je m'inquiète sur ce truc. C'est mon côté visionnaire", lâche-t-il, avant de poursuivre : "Si tu veux le truc intéressant, en faisant cette revisite de mes titres, c'est de constater combien mes thèmes restent d'actualité. Je ne parle pas de La Poupée qui fait non. Avec mon esprit français je m'amuse souvent à dire que si j'avais sorti La Poupée qui fait oui, ça n'aurait jamais marché".

Michel Polnareff au coeur des polémiques

Cet entretien fut également l'occasion pour le chanteur de revenir sur les dernières polémiques dont il fait l'objet. En effet, le chanteur a été très critique envers de nombreux chanteurs comme (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Tout me semble lourd" : malade, Diane Leyre inquiète avec un message sur Instagram
"Le genou a vrillé" : Laury Thilleman blessée après un accident de surf
"Elle l'a joué très finement" : comment Anne-Marie Périer a convaincu Michel Sardou de remonter sur scène
"Je n'ai pas entendu mon téléphone" : cette réalisatrice qui a loupé un appel de Gaspard Ulliel juste avant sa mort
Malaise dans Quelle époque : Fabrice Eboué ne dit pas bonjour à Christophe Dechavanne, le chroniqueur vexé