Dans « Peter von Kant », Denis Ménochet livre une performance inspirée

© Copyright Diaphana Distribution

À l’origine, il y avait Les Larmes amères de Petra von Kant. À l’arrivée, voici Peter von Kant et, toujours, beaucoup de larmes, de dépit… de grotesque aussi. Du film culte de Rainer ­Werner ­Fassbinder, à l’aube des années 1970, François Ozon a tout gardé ou presque : la décoration artificielle, les répliques tranchantes, la dramaturgie allant crescendo vers la désillusion amoureuse. Sauf qu’il a inversé le genre des personnages, et tiré le tout vers la comédie teintée d’ironie mordante.

Lire aussi - Enfance, consécration américaine… Dans les coulisses du biopic sur Marinette Pichon, première star du foot

Petra, créatrice de mode lesbienne, devient ainsi Peter, un cinéaste homosexuel. Un choix légitime, sachant que pour sa pièce d’origine, le cinéaste allemand avait transposé au féminin son histoire d’amour contrarié avec l’un de ses acteurs fétiches, Günther Kaufmann.

Du côté du théâtre de boulevard

Joué par Denis Ménochet, qui livre ici une performance inspirée, Peter apparaît aussi célèbre que tête à claques à force de maltraiter son assistant muet, le dévoué Karl, sorte de valet soumis joué par l’épatant Stefan Crepon. Entre en scène Sidonie, vieille amie retorse, incarnée par Isabelle Adjani, pâle comme une Marlene Dietrich, mais affublée d’une choucroute furieuse rappelant aussi Joan Collins dans Dynastie… Suivront d’autres personnages tout aussi pétillants mais secondaires face à l’impayable Ménochet, drapé de son ivresse, de son désespoir, de son amour déçu et de sa ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles