"Le Covid était une catastrophe annoncée"

·2 min de lecture

Mandarin de la recherche sur les virus – dont Ebola et le VIH -, conseiller spécial d’Ursula von der Leyen à l’Europe, le microbiologiste belge Peter Piot a accordé à Paris Match Belgique un entretien fleuve. Il y est question de la crise sanitaire bien sûr, de la gestion globale de la pandémie, de la fameuse “lumière au bout du tunnel” qui n’est pas synonyme, insiste-t-il d’une éradication du virus. Il faudra veiller au grain, rendre peut-être la vaccination obligatoire dans certaines sphères et observer plus que jamais les chauve-souris de près.

Directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine depuis 2010, Peter Piot (*) se prépare, avec son épouse, l’anthropologue américaine Heidi Larson, à plier bagage – le Brexit n’est pas étranger à ce choix – et à regagner la Belgique, en l’occurrence Bruxelles où il n’a plus vécu depuis très longtemps. Retour donc au cœur de l’Europe où il conseille par ailleurs Ursula von der Leyen, présidente de la Commission. Haut fonctionnaire des Nations Unies, Peter Piot a été notamment directeur de l’Onusida depuis sa création en 1995 jusqu’en 2008. Dans ce cadre, nous l’avions rencontré en 2007 Chine lors d’une mission économique princière. La voix est jeune, le visage avenant. Peter Piot est un monstre sacré, un Belge des grands jours. Flamand et polyglotte, évidemment.

Son déménagement imminent à Bruxelles n’a pas de lien direct, dit-il avec le fait qu’il conseille désormais Ursula von der Leyen. Car il reste, insiste-t-il, un scientifique avant tout. « Je ne suis qu’un « advisor » à temps partiel, pas un politique . Et je ne vais pas devenir fonctionnaire de la Commission européenne. Je reste aussi attaché à la London School of Hygiene & Tropical Medicine. »
Le 25 octobre 2016, en tant que directeur de cet établissement notamment, il accueillait Bill Gates qui était venu à la rencontre des chercheurs de pointe dans les domaines de la malaria et du développement de vaccins. Il détaillait le travail de ses collègues, en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation, pour résoudre des questions urgentes de santé globale.
L’homme de terrain, l’intellectuel à la silhouette qui était passé à travers Ebola entre autres, a été terrassé par le dernier coronavirus.En mai 2020, il recevait le New York Times dans sa(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles