Publicité

Pesticides, supermarchés, fiscalité : les nouvelles mesures pour les agriculteurs français

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé jeudi, après dix jours de protestations des agriculteurs, une nouvelle série de mesures en leur faveur lors d'une conférence de presse à Matignon. La principale est un renforcement de la loi Egalim, qui vise à leur garantir une juste rémunération. Les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont appelé à suspendre les blocages en France.

Le Premier ministre a-t-il réussi à calmer la colère des agriculteurs ? Gabriel Attal a décliné, jeudi 1er février, une nouvelle série de mesures pour tenter de désamorcer la crise dans la filière agricole.

Parmi les annonces figurent le renforcement des lois Egalim ; une "pause" dans la réduction des phytosanitaires ; 150 millions d'euros en soutien fiscal et social aux éleveurs ; le relèvement des seuils d'exonération sur les successions agricoles.

Le Premier ministre s'est exprimé depuis Matignon, entouré de ses ministres Bruno Le Maire (Économie), Marc Fesneau (Agriculture) et Christophe Béchu (Transition écologique), Il s'agissait de sa troisième salve d'annonces sur le sujet en moins d'une semaine.

Peu après ces annonces, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont appelé à suspendre les blocages en France, tout en appelant à poursuivre la lutte. "Nous avons décidé qu'à l'heure actuelle, au vu de tout ce qui avait été annoncé (...), nous appelons nos réseaux (...) à suspendre les blocages et à rentrer dans une nouvelle forme de mobilisation", a indiqué le président des JA Arnaud Gaillot, aux côtés du patron de la FNSEA, Arnaud Rousseau.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Les syndicats agricoles appellent à lever les blocages, mais restent vigilants
Plus de 90 agriculteurs interpellés après une intrusion à Rungis, Bruxelles cède sur les jachères
Face à la détresse du monde agricole, la remise en cause des accords de libre-échange