Pesticides : un lien de "présomption fort" avec six maladies, dont le cancer

·2 min de lecture

L'Inserm a rendu un nouveau rapport sur les conséquences sur la santé des pesticides. La survenue de plusieurs maladies présente un lien de "présomption fort" avec l'exposition à ces substances, selon l'Institut.

Son dernier rapport datait de 2013. L'Inserm vient de rendre de nouvelles conclusions sur les liens entre l'exposition aux pesticides et la survenue de maladies. Ce rapport issu d'une expertise collective analyse les nouvelles données parues dans la littérature scientifique depuis huit ans. En tout, plus de 5.000 études ont été passées en revue pour tirer des conclusions par maladie. En 2013, l'Inserm concluait déjà qu'une association semblait exister entre les pesticides et la maladie d'Alzheimer, le cancer de la prostate, ainsi que certaines formes de cancer comme les .

Cette fois, l'Inserm a réparti les maladies en trois groupes : celles dont le lien avec les pesticides fait l'objection d'une présomption forte, moyenne ou faible. En tout, six maladies ont été identifiées comme ayant un lien de présomption fort avec l'exposition aux pesticides : les lymphomes non hodgkiniens (LNH), le , le cancer de la prostate, la maladie de Parkinson, les troubles cognitifs et la (BPCO). Ajouté à cela, "une présomption de lien moyenne a été également mise en évidence entre l’exposition aux pesticides, principalement chez les professionnels, et la maladie d’Alzheimer, les troubles anxio-dépressifs, certains cancers (leucémies, système nerveux central - le cerveau et la moelle épinière, ndlr -, vessie, rein, sarcomes des tissus mous), l’asthme et des pathologies thyroïdiennes", explique l'Inserm.

Fin février 2021, les tumeurs cérébrales de deux agriculteurs décédés ont été reconnues comme maladie professionnelle en lien avec l’utilisation de certains pesticides. Ces deux décisions justifiées par le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) de Nantes et le tribunal de grande instance (TGI) de Rennes. Le rapport de 2013 de l'Inserm n'associait pas directement les pesticides et les tumeurs cérébrales. Dans ce nouveau rapport, le lien reste "moyen".

Un risque pour le fœtus et les enfants

L'Inserm insiste aussi sur certaines périodes de la vie comme la gr[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles