Pesticides : d’où viennent les distances entre cultures et habitations préconisées par l’Anses ?

Gérald Roux

Cinq ou dix mètres de distance. Le gouvernement met en avant les recommandations de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) pour justifier sa proposition. De son côté, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert affirme sur franceinfo que la "voix des scientifiques doit prévaloir", avant d'ajouter : "Que dit l'Agence nationale de sécurité ? Elle dit 3, 5 et 10 mètres pour les produits les plus problématiques".

Que dit précisément l’Anses ?

L'Agence de sécurité émet une recommandation de distance de 2, 3, 5 et 10 mètres selon la manière dont les pesticides sont pulvérisés. Pulvérisation vers le bas avec des rampes ou pulvérisation vers le haut pour les vergers ou les vignes. Mais l'Anses recommande aussi des distances supérieures à 10 mètres par mesure de précaution pour tous les pesticides classés cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. L'Anses recommande encore que les agriculteurs utilisent du matériel d'épandage qui limite le risque de dispersion des pesticides.

D'où viennent ces chiffres ?

La recommandation de l’Anses peut être relativisée dans la mesure où l'agence n’a bénéficié que de quelques mois pour se prononcer. Saisie par le gouvernement le 28 janvier 2019, elle a rendu sa recommandation le 14 juin 2019. Dans ses conclusions, l'Anses commence d’ailleurs par écrire "compte tenu des délais (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi