Pesticides : 5 à 10 mètres entre les habitations et les champs traités, "une distance ridicule" pour le maire de Langouët

franceinfo

"C'est une distance ridicule, ça ne protège en rien", Daniel Cueff, la maire de Langouët (Ille-et-Vilaine) ne cache pas son agacement alors que le gouvernement s'apprête à proposer une distance minimale de cinq à dix mètres entre les champs traités aux pesticides et les habitations. Une consultation doit être lancée lundi 9 septembre. L'objectif du gouvernement est de fixer dans la loi une distance réglementaire, pour éviter la multiplication des arrêtés municipaux.

Daniel Cueff, avait lui-même pris un arrêté municipal le 18 mai dernier interdisant l'utilisation de produits phytosanitaires à une distance inférieure à 150 mètres. Un arrêté suspendu par le tribunal administratif, mais qui fait l'objet d'un appel. Pour le maire de Langouët : "J'ai cru à une fake news. Cinq mètres, c'est ce qui est indiqué sur les bidons de pesticides de synthèse. Ce que le ministre de l'Agriculture est en train de faire c'est en fait de demander à respecter le mode d'emploi."

Les gens ne veulent pas respirer du glyphosate qui se retrouve parfois dans le corps avec des volumes très importants

Daniel Cueff


L'élu assure que pour réduire les risques des pesticides sur la santé lors de leur pulvérisation, il faut instaurer une distance d'au moins 150 mètres : "C'est une distance à partir de laquelle on ressent beaucoup moins les effets de ces (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi