Perturbateurs endocriniens: "le bisphénol B ne doit pas remplacer le bisphénol A"

·2 min de lecture

Pas question de remplacer le bisphénol A, réglementé en Europe, interdit en France par du bisphénol B. C’est le message que vient d’envoyer l’Anses aux autorités françaises et européennes. Décryptage avec René Habert, professeur émérite de l'université de Paris, toxicologue de la reproduction.

Après bisphénol A, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) propose de comme “substance extrêmement préoccupante”, dans le . Cette classification vise à éviter les utilisations industrielles de cette substance chimique sur le continent européen en remplacement du bisphénol A, et à obliger les importateurs d’articles de consommation à déclarer sa présence dès qu’il dépasse un seuil de 0,1% dans leur composition”, explique l’Agence. Entretien avec René Habert, professeur émérite de l'université de Paris et physiologiste de la reproduction, qui plaide pour une analyse rapide, par analogie, de toute la classe des bisphénols.

Le Pr René Habert, spécialiste de la physiologie de la reproduction et de la toxicité des bisphénols.
© CEA/Inserm

Sciences et Avenir : Quels sont les effets délétères du bisphénol B (BPB) ?

Pr René Habert : Tout comme le bisphénol A (BPA), cette substance perturbe le système endocrinien, ce qui entraîne des effets délétères sur la reproduction masculine et féminine, favorise les cancers du sein, l'obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les troubles du neurodéveloppement.... Nous disposons de beaucoup moins d’que sur le BPA — quelques dizaines contre plusieurs milliers —, mais elles montrent toutes des effets nocifs du BPB identiques à ceux observés avec le BPA. Par exemple, à dose égale, les deux bisphénols provoquent la même diminution de la qualité et de la quantité des spermatozoïdes chez les rats mâles exposés. Cette approche comparative donne des résultats très convaincants.

Où trouve-t-on cette substance ?

Le BPA est (ou a été) très utilisé pour la fabrication des plastiques, des tickets de caisse thermo-imprimables, des résines telles que le revêtement interne des canettes et des boîtes de conserve. Mais le BPA a été interdit partiellement en Europe et totalement en France depuis 2015 et les industriels ont alors remplacé le bisphénol A par d’autres bisphénols qui[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi