''La perspective d'une seconde vague était quand même très probable'' : malgré l'extension du couvre-feu, l'opposition dénonce un tour de vis tardif

franceinfo
·1 min de lecture

"Ils courent derrière le virus" : c'est la critique unanime de l'opposition de gauche, alors que le Premier ministre a annoncé jeudi 22 octobre une extension du confinement nocturne à 38 départements supplémentaires soit 54 au total. Une manière de freiner une "circulation du coronavirus extrêmement élevée" et empêcher un reconfinement généralisé, a prévenu le chef du gouvernement. Un tour de vis bien tardif, dénoncent les oppositions, avec l'impression, selon elles, que l'exécutif navigue à vue.

>> DIRECT. Covid-19 : la France et l'Italie en partie sous couvre-feu, le pays de Galles et plusieurs villes du Portugal se reconfinent

Le gouvernement a péché par légèreté, regrette ainsi le député Insoumis Loïc Prudhomme, qui déplore cet énième appel à la responsabilité individuelle. ''C'est une responsabilité du gouvernement de ne pas avoir limité le brassage'', pointe-t-il.

On avait au moment du premier confinement quelques régions qui étaient touchées et aujourd'hui, le Premier ministre parle d'un virus qui a touché tout le territoire parce qu'on a permis à ce qu'il se déplace. Et on le permet encore...

Loïc Prudhomme, LFI

à franceinfo

Et pendant ce temps-là "on ne s'attaque pas aux vrais clusters" : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi