Les personnes qui sautent des repas ont un grand risque de décès prématuré

Ces dernières années, certains régimes mettent en avant les bénéfices du jeûne intermittent, ou fasting, qui consiste à alterner des périodes de jeûne plus ou moins longues avec des périodes de prise alimentaire. Ce type d'alimentation, qui permettrait entre autres la régulation de la satiété, le déstockage des graisses, la prévention du surpoids ou encore le nettoyage de l'organisme, présenterait de nombreux avantages sur l'organisme, à condition toutefois d'être bien encadré et de ne pas en abuser. Car à l'inverse, sauter plusieurs repas par jour peut aussi augmenter considérablement le risque de décès prématuré.

Entre 1999 et 2014, une étude publiée dans le Journal of Academy of Nutrition and Dietetics s'est penchée sur les comportements alimentaires de plus de 24.000 adultes américains âgés d'au moins 40 ans. Parmi ces volontaires, il y a eu 4.175 décès sur la période donnée. Près de 40% des répondants mangeaient moins de trois repas par jour, et avaient certains points communs : jeunes, de sexe masculin de milieu modeste, consommation d'alcool et tabac, plus de grignotages, apport alimentaire insuffisant, etc. "Nos recherches ont révélé que les personnes ne mangeant qu’un seul repas par jour sont plus susceptibles de mourir que celles qui ont pris plus de repas par jour", rapporte ainsi l’épidémiologiste Yangbo Sun, du Département de médecine préventive de l’Université du Tennessee, dans un article publié sur Elsevier. Sauter le petit-déjeuner serait ainsi associé à un risque (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Manger ne serait ce qu'une portion de truite expose à des produits chimiques
Covid long : une étude estime qu'il ne dure pas plus d'un an
Glycémie : voici les 10 meilleurs aliments qui font baisser le taux de sucre dans le sang
Passer plus de temps dans la nature vous éloigne du pharmacien !
A partir de quel taux de glycémie sait-on qu'on est diabétique ?