Selon une étude, les personnes chauves seraient considérées comme moins attirantes

Johanna Amselem
·2 min de lecture
upset middle aged man with alopecia looking at mirror, hair loss concept

D’après les résultats de cette étude, 6,2% des personnes ne seraient pas à l'aise d'embaucher une personne atteinte d'alopécie.

Être chauve peut-il vous pénaliser dans votre recherche d’emploi ? Il semblerait bien que oui. Selon une récente étude, la société stigmatise la perte de cheveux. En effet, les personnes chauves seraient considérées comme moins attirantes et sales.

Dans le cadre de cette étude, les experts de l’Université d’Harvard ont réalisé trois versions de six portraits et les ont montrés à 2 000 personnes afin d’étudier leurs réactions. Une première image montrait une personne avec des cheveux, la deuxième une personne chauve et la troisième avec quelqu’un qui n’avait pas du tout de poils sur le visage. Les participants ont trouvé que ceux qui avaient le moins de cheveux étaient davantage considérés comme malades, peu attrayants, contagieux, sales et moins intelligents. Comme le rappelle le Daily Mail, chaque personne perd entre 50 et 100 cheveux par jour.

Malades et peu attrayants

Les chercheurs américains suggèrent que jusqu'à une personne sur six serait mal à l'aise à l'idée d'avoir un contact physique avec une personne atteinte d'alopécie. Les données ont également révélé que 6,2% des personnes ne seraient pas à l'aise d'embaucher une personne atteinte d'alopécie pour un emploi. "Les patients présentant la perte de cheveux la plus sévère étaient considérés comme malades (29,8%), peu attrayants (27,2%), contagieux (9,9%), peu intelligents (3,9%) et sales (3,9%)", ont détaillé les chercheurs dans leur étude, publiée dans la revue JAMA Dermatology.

Avant d’ajouter : "Les répondants ont déclaré qu'ils ne se sentiraient pas à l'aise d'avoir un contact physique avec des patients atteints d'alopécie (16,9%) ou de les embaucher pour un emploi (6,2%)".

Stigmatisation

Les données ont montré qu'à mesure que la gravité de l'alopécie augmentait, le niveau de stigmatisation d'une personne augmentait également. Parmi les questions, près de 30% des personnes interrogées ont déclaré qu'une personne complètement chauve avait l'air malade, 27,6% de plus que la même personne avec des cheveux.

Les chercheurs ont également constaté que la probabilité qu'une personne soit considérée comme souffrant d'un problème de santé variait selon le sexe. "Ces résultats suggèrent que les profanes peuvent stigmatiser les personnes atteintes d'alopécie, que leur stigmatisation augmente avec la gravité de l'alopécie et qu'elle peut être influencée par la race et le sexe du patient", ont rapporté les chercheurs.

Ce contenu peut également vous intéresser :