"Personne n'a voulu nous aider" : la colère de la fille de la victime de féminicide dans le Bas-Rhin

Dimanche, une femme est morte poignardée sous les yeux de sa fille. Au micro de BFMTV, celle-ci dénonce l'inaction de la gendarmerie alors que sa mère avait déposé une main courante et une plainte contre son époux pour des faits de violences.

"Personne n’a voulu nous écouter." C’est par ces mots glaçants que Stella résume la situation qui a conduit au meurtre de sa mère, dimanche dans le Bas-Rhin. A 23 heures ce soir-là, la jeune femme reçoit un appel au secours: le conjoint de sa mère a "de nouveau caché un couteau". "Je suis arrivée, on a escaladé le portail mais c’était trop tard", raconte-t-elle. "On l’a vu lui mettre le dernier coup de couteau".

Blessée au cou et au thorax, la victime de 40 ans "a juste eu la force de se relever et de nous rejoindre dans la cour, puis elle s’est écroulée", explique Stella, la gorge serrée, au micro de BFMTV.

Ce mardi, la jeune femme dénonce l’inaction de la gendarmerie. "Je les ai appelés en partant de chez moi, j’ai mis trois minutes à venir, ils en ont mis trente. Les pompiers étaient là avant eux mais ils ne sont pas sortis de leur camionnette car il était armé. On a attendu que les gendarmes arrivent. Ils ont mis 2h30 à l’interpeller", continue la jeune femme.

Selon une source contactée par BFMTV, la gendarmerie justifie son délai d'intervention, d'une "vingtaine" de minutes, en expliquant avoir reçu ce soir-là 11 appels pour des interventions dans le même département, également pour des violences intra-familiales.

"Il buvait du matin au soir"

Dans le cas de la mère de Stella, le suspect, fortement alcoolisé, a finalement été placé en garde à vue. Mais cette mesure arrive trop tard, selon Stella qui accuse également les forces de l’ordre de ne pas avoir suffisamment prêté attention aux appels à l’aide de sa mère, qui...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi