"Personne n'a jamais dit que le Conseil national de la refondation allait faire la loi": Bayrou répond aux oppositions

Le président du MoDem, François Bayrou, à Paris le 22 février 2022 - Geoffroy VAN DER HASSELT © 2019 AFP
Le président du MoDem, François Bayrou, à Paris le 22 février 2022 - Geoffroy VAN DER HASSELT © 2019 AFP

François Bayrou monte au créneau pour défendre le Conseil national de la refondation, boycotté par les oppositions. Nommé secrétaire général de cet objet politique, il dénonce sur LCI une attitude consistant à être "contre tout a priori, avant même que [quelque chose] ne soit lancé", alors que le CNR débutera jeudi.

"En France, il y a une tradition qui veut que ce soit la polémique, l'agressivité, l'injure qui domine les débats", déplore-t-il.

"Personne n'a jamais dit que le CNR allait faire la loi"

Sur France Inter, Gérard Larcher, président du parti Les Républicains (LR) au Sénat a justifié son absence par une "confusion des genres entre démocratie participative et démocratie représentative".

"Le Parlement, c'est le Parlement", a-t-il insisté.

Réponse de François Bayrou: "Personne n'a jamais dit que le Conseil national de la refondation allait faire la loi. La loi, ce sont le Parlement, l'Assemblée nationale et le Sénat qui continueront de la voter."

L'ancien ministre de la Justice met en avant les "millions de Français qui sont préoccupés par l'avenir".

Selon lui, "l'idée qu'il faudrait que le travail de propositions sur l'avenir demeure dans les mains de la représentation officielle, [revient] à ne pas se rendre compte de la profondeur des questions que se posent nos concitoyens."

Un ton offensif qui tranche avec ses premières déclarations jeudi dernier dans l'Opinion au moment de l'annonce de sa nomination comme secrétaire général du CNR. "Je ne sais pas si ça va marcher, même si cela peut marcher", reconnaissait François Bayrou.

Article original publié sur BFMTV.com