Des personnalités dénoncent les propos « homophobes » de Caroline Cayeux

La maire de Beauvais Caroline Cayeux arrive au palais présidentiel de l'Élysée, le 7 mai 2022.   - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP
La maire de Beauvais Caroline Cayeux arrive au palais présidentiel de l'Élysée, le 7 mai 2022. - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP

La pression se resserre sur Caroline Cayeux. Samedi 16 juillet dans la soirée, le Journal du dimanche a publié une tribune d'une centaine de personnalités, dont des élus issus des rangs de la majorité, dénonçant le maintien au gouvernement de la ministre fraîchement nommée lors du dernier remaniement ministériel. En 2013, lors des débats sur la légalisation du mariage pour tous, l'ex-sénatrice LR avait évoqué « un dessein contre-nature ». Des propos que l'intéressée, interrogée cette semaine à ce sujet, a maintenus. « Comment accepter les propos tenus par la ministre chargée des Collectivités territoriales à la veille de la fête nationale  ? », peut-on lire dans la tribune.

Parmi les signataires figurent, au rayon politique, l'ancien Premier ministre Manuel Valls, les députés de la majorité Joël Giraud, David Valence, Raphaël Gérard, Quentin Bataillon, ou encore les maires de Paris Centre Ariel Weil (PS), du 5e arrondissement Florence Berthout (DVD), du 6e arrondissement Jean-Pierre Lecoq (LR) et du 9e arrondissement Delphine Bürkli (Horizons), ainsi que la première adjointe au maire de Marseille Michèle Rubirola (EELV).

À LIRE AUSSI« Ces gens-là » : le cas Caroline Cayeux déchire la macronie

Le 12 février dernier, Caroline Cayeux a confirmé ses propos sur le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe, permise par la loi Taubira. « Je maintiens évidemment mes propos. Je dois vous dire quand même que j'ai beaucoup d'amis parmi ces gens-là », avait-ell [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles