Perseverance : que révèlent ses premiers échantillons de roches prélevés sur Mars ?

·1 min de lecture

Les premières études des roches prélevées et stockées par Perseverance présagent du meilleur pour la suite de la mission. Dans un communiqué du 10 septembre, la Nasa annonce que des analyses ont été menées sur les échantillons forés par le rover sur Mars. La pierre, dans laquelle les prélèvements ont été réalisés, appelée « Rochette » par les équipes du Jet Propulsion Laboratory (JPL), pourrait bien confirmer la présence d'eau à la surface du cratère Jezero il y a trois milliards d'années, ainsi que de potentielles traces de vie, vie désormais éteinte.

La roche basaltique « Rochette » dans laquelle deux échantillons ont été prélevés. © Nasa, JPL/Caltech
La roche basaltique « Rochette » dans laquelle deux échantillons ont été prélevés. © Nasa, JPL/Caltech

Une « Pierre de Rosette » de l'histoire martienne ?

Les calculs de l'Agence spatiale américaine étaient justes : Jezero semble être le lieu approprié pour étudier l'histoire et l'évolution de Mars. Les deux échantillons ponctionnés sur Rochette le 6 et le 8 septembre, respectivement nommés « Montdenier » et « Montagnac », démontrent par leur composition qu'ils sont basaltiques. Ces roches sont les preuves d'une activité volcanique dans cette région de la Planète rouge et permettent aux chercheurs de remonter l'évolution géologique au sein du cratère.

Le bras robotique de Perseverance effectuant une légère abrasion de la couche extérieure de « Rochette », le 27 août. © Nasa, JPL/Caltech
Le bras robotique de Perseverance effectuant une légère abrasion de la couche extérieure de « Rochette », le 27 août. © Nasa, JPL/Caltech

Autre élément majeur détecté dans les petites roches sécurisées par Perseverance : elles contiendraient des sels minéraux, témoins de l'existence d'eau, aujourd'hui évaporée, dans ce secteur. Comme le précisent néanmoins les ingénieurs du JPL et de la Nasa, que le précieux liquide, nécessaire au développement d'une vie microbienne, ait été présent dans le cratère sous la forme d'un lac est une certitude. Les scientifiques espèrent désormais pouvoir dater avec exactitude la « durée de vie » de cette étendue aqueuse avant son assèchement, il y environ 3 milliards d'années, et ainsi trouver de potentielles traces d'une ancienne vie...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles