Perseverance ne serait pas capable de détecter des biomolécules à la surface de Mars, selon une étude

C’est l’une des missions principales du rover Perseverance : trouver des traces de vie dans les roches du sol martien ou du moins essayer. Car ce ne sont pas des fossiles d’organismes que recherche Perseverance, mais des molécules, plus ou moins complexes, qui auraient été synthétisées par des processus biologiques. Le rover Curiosity aurait d’ailleurs fait le premier pas en confirmant la présence de molécules organiques (méthane et composés carbonés) sur Mars. Si Perseverance réussissait à trouver des biomolécules plus complexes, cela pourrait signifier que la planète aurait connu les prémices d’une vie organique, même très rudimentaire. Une perspective plutôt excitante !

Le problème des radiations UV

Cet objectif est également l’un du prochain rover qui devrait rejoindre Mars : Rosalind Franklin. Ce nouveau rover du programme ExoMars de l’ESA et Roscosmos embarquera à son bord une suite d’instruments dans le but d’effectuer des mesures spectroscopiques Raman. La spectroscopie Raman est une méthode d’analyse chimique qui permet d’identifier la structure des molécules présentes dans un échantillon. Ce type d’instrument équipe déjà le rover Perseverance. Si cette méthode est efficace sur Terre, et très largement utilisée pour détecter des biomolécules, les choses semblent se compliquer sur Mars.

Mars a-t-elle un jour abrité la vie ? Telle est la question à laquelle les rovers Perseverance et Rosalind Franklin vont tenter de répondre. © dottedyeti, Adobe Stock
Mars a-t-elle un jour abrité la vie ? Telle est la question à laquelle les rovers Perseverance et Rosalind Franklin vont tenter de répondre. © dottedyeti, Adobe Stock

Car il y a une différence majeure entre Mars et la Terre : l’atmosphère. Si Mars possède bien une, celle-ci est cependant beaucoup plus fine que celle de la Terre. Or, l’atmosphère terrestre joue un rôle essentiel pour la préservation de la vie : elle stoppe une grande partie des radiations des ultraviolets (UVR), qui s’avèrent nocives à forte dose pour les organismes vivants.

Cette méthode d’analyse est-elle la mieux adaptée pour Perseverance ?

Des biomolécules pourraient-elles rester stables sous le feu des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura