Perquisitions en série dans la mouvance islamiste : l’Intérieur veut frapper fort

·1 min de lecture

Après le choc suscité par l’assassinat, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, de Samuel Paty, professeur d’histoire décapité pour avoir dispensé un cours sur la liberté d’expression, l’exécutif veut frapper fort. Lundi, le ministère de l’Intérieur a ainsi annoncé par la voix de Gérald Darmanin la fermeture de la mosquée de Pantin, qui avait relayé des vidéos condamnant le professeur, et toute une série de perquisitions administratives ont eu lieu partout dans toute la France.

Volonté de déstabiliser les milieux proches de la mouvance islamiste

Une quarantaine d'opérations ont ainsi été menées hier dans douze départements, dont une grande partie en Ile-de-France. Et ces opérations vont se multiplier, indique-t-on dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, qui assume sa volonté de déstabiliser et harceler les milieux proches de la mouvance islamiste.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Concrètement, ce sont à la fois des personnes fichées pour leur radicalisation, mais également des associations ou des groupements de personnes évoluant dans le même courant de pensée qui sont visés. C'est exactement ce qui avait été fait après attentats de 2015.

BarakaCity et le CCIF dans le viseur

Parallèlement, les autorités ont aussi annoncé des dissolutions d'associations, ce que ces dernières dénoncent comme une intimidation. Une cinquantaine ont été recensées, comme Barakacity, association islamiste à but non lucratif, mais aussi le CCIF, Collectif contre l'islamopho...


Lire la suite sur Europe1