Perquisition en cours à l'hôtel de ville de Paris dans le dossier de la tour Triangle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une perquisition est en cours depuis mercredi matin à l'Hôtel de Ville de Paris dans le dossier de la très controversée Tour Triangle, ont indiqué à l'AFP l'entourage de la maire Anne Hidalgo et une source proche, confirmant une information du Parisien . Menée par deux magistrats instructeurs, selon l'entourage de la maire, la perquisition fait suite à l'information judiciaire ouverte en mars par le parquet national financier (PNF) pour des soupçons de favoritisme dans le contrat d'exploitation du Parc des expositions dans le XVe arrondissement de Paris, où la construction de la tour a débuté.

>> LIRE AUSSI - Tour Triangle : pourquoi ce projet tourne en rond

"Suite logique"

"C'est la suite logique et cohérente de l'information judiciaire", a commenté l'entourage d'Anne Hidalgo qui se dit "à disposition de la justice" et pour qui la perquisition se passe "de manière très calme, sans panique". Des techniciens ont prévu de fouiller des ordinateurs pour y saisir des documents à la direction de l'urbanisme, celle des affaires judiciaires, des affaires financières, aux services généraux et au cabinet de la maire, a précisé la même source. Les enquêteurs sont entrés dans le bureau d'Anne Hidalgo, où ils "sont restés un quart d'heure", toujours selon la même source. La maire, en déplacement à Avignon pour le festival, était absente mais rentrera mercredi soir pour la passation de pouvoirs à la préfecture de police entre Didier Lallement et Laurent Nuñez .

Personne à la mairie...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles